Le Web 4.0 / CONTENUS

De Centre de Ressources Numériques - Labomedia
Aller à : Navigation, rechercher

Introduction

Le web 4.0, c'est l'internet du futur, on connait déjà le web 2.0 dit "communautaire", le web 3.0 pointe le bout de son nez avec une approche "sémantique", c'est à dire que les ordinateurs et serveurs vont pouvoir "comprendre" nos interrogations, bien malin est celui qui pourra décrire ce que sera internet dans une dizaine d'année tellement les évolutions sont rapides et peuvent prendre de nombreuses directions. Arrêtons-nous tout d'abord sur le futur proche.

Web 2.0

Le web communautaire, social

le "web 2.0" est désormais bien connu, on peut grossièrement dire que ce sont les internautes qui "font" le contenu, souvent dans une logique communautaire, c'est à dire en invitant d'autres personnes à venir s'y intéresser, à ajouter contenus et commentaires. Ce "web 2.0" correspond à un certain nombre de sites web tel que Facebook, Myspace, skyblog, ... ou encore les blogs que l'on peut utiliser en passant par une plateforme type skyblog ou blogspot ou en l'installant sur son propre espace d'hébergement Ces évolutions technologiques, qui ont grandement facilité pour le commun des mortels le fait de pouvoir mettre sur Internet du texte, des photos, des vidéos, connaissent toujours un succès retentissant, à l'image de Facebook qui revendique fin 2010 plus de 600 millions d'utilisateurs par le monde. Cette expansion a été permises par de nombreux investissements en développement et en serveurs pour pouvoir accueillir et délivrer ces contenus, les services proposés sont néanmoins la plupart du temps gratuits. Comment s'opère ce miracle ? Différents modèles économiques cohabitent : sur abonnement lorsque l'on souhaite plus de fonctionnalités ou espaces de stockage, ou encore grace à la publicité associée aux contenus que l'on publie. Sur ce dernier point, c'est google qui a été une des clefs de ce développement en mettant en place le système des "googleadds"

ex : myspace est un blog qui appartient à la sphère du web 2.0 (phrase tendance creuse) d'autres exemples plus remarquables : Daily Motion et Youtube : permet à n'importe qui de publier de la vidéo sur le net : on prend sa vidéo numérique (appareil photo, caméra, enreg d'émission de télé, téléphone, ...) on l'envoie à Youtube ou Daily Motion et la vidéo est encodée directement par leur soin et placée sur une nouvelle page du site. On peut aussi intégrer cette vidéo directement dans son Blog ou son site web, envoyer l'adresse de celle-ci par mail à ses amis qui la commente, lui donne une note, la conseille à d'autres...

Il faut considérer :

  • qu'il y a beaucoup de contenus sur ces sites qui ne sont pas libres de droit (émission Tv, Clip, morceaux de films, ...) et que les sociétés derrières ces sites négocient actuellement avec les ayants droits (producteurs, maisons de diques / clips, ...) des forfaits évolutifs (un partage relatif des produits de la pub) pour pouvoir continuer à laisser les internautes partager tout et n'importe quoi dans cette joyeuse cours d'école audiovisuelle (cf P2P !)
  • que ces sites sont parfois (souvent) basés sur un modèle économique insidieux : grossièrement : on te propose un service pour mettre en ligne de la vidéo, tu amènes du contenu, tu avales de la pub. Moins grossièrement del.ic.ous est un site qui vous permet de partage vos meilleurs bookmarks (vos sites préférés) par thème. Ce site a été racheté par Yahoo! qui employait auparavant des gens pour ce faire (qualifier des sites en les mettant dans des catégories) qui utilise del.ic.ous pour améliorer le rendu de son moteur de recherche (merci qui ?). Autre exemple : Google propose des mails et un agenda en ligne, "prétexte" pour lire vos messages et rendez-vous et afficher de la pub selon vos centres d'intéret ou votre future destination. Tout ça ne me gène pas fondamentalement, mais c'est peu lisible, avoué, su.
  • qu'en angleterre, les gens passent désormais plus de temps devant leur ordi et internet que devant leur télé, YouTube et Dayli Motion constitue un sorte de nouvelle télé on l'on fait ses propres programmes en mélangeant vidéos glanées à droite à gauche, conseillées par des amis, "élues" par d'autres internautes...
  • que des associations comme Medias Cités à Bordeaux ou plus modestement Labomedia à Orléans tentent de proposer des alternatives à ces mamouths anglophones en imaginant des applications communautaires qui sortent d'une logique marchande sous-jacente. (Youtube = www.monflux.org ou la webTv du Labo)

Géolocalisé

La cartographie, les systèmes d'information géographique sont en vogue actuellement sur le net en ce moment : Google (encore eux !) propose Google map : ça permet de voir le monde entier en photo sattelite , mais aussi les noms de rue, les restau a coté et plein d'autres choses puisque on peut faire du "mash-up" de google map, cad utiliser les fonctions de carto et les intégrer à son site pour proposer une promenade dans la région centre en satellite ponctuée de vidéos des chateaux de la Loire tout en discutant avec un autre touriste qui participe à la promende depuis une autre ville du japon ! ça permet aussi de faire une belle identification des acteurs d'un secteur (culturel (les lieux de diff musiq en région), professionnels (les "traiteurs" de déchets spéciaux), ...

Mobile

aujourd'hui, tout est mobile ! on peut / va pouvoir regarder des films, la télé, consulter son agenda, lire ses mails, visiodiscuter, trimbaler sa collec de musique avec son "téléphone" qui lui même (mais pas seulement) permettra de savoir à chaque instant où l'on se trouve pour qu'un muppy plasma interactif nous appelle par notre prénom pour nous vendre un épeluche légume sans fil, ou que chère épouse nous dise de passer acheter des fraises parce que l'on n'est pas loin du marchand ce qui est mobile, c'est aussi notre vidéodiscothèque mais aussi notre bureau (cf CMS Groupware), avec des sites comme NetVibes qui vous proposent de construire votre bureau sur le web : e-mail dans un coin de navigateur, flux rss dans l'autre (les titres du Monde), petit bloc note memento, ses fichiers les plus importants accessibles, liste de contacts, éditeur de texte et tableur en ligne compatible word excel pas loin, ...

Atelier prêt à l'emploi sur le web 2.0

Ma vie sur Internet

Qu’est-ce que c’est ? ce sont 3 sites web qui proposent de différentes façon de révéler les traces que chacun laisse sur Internet :

  • Webmii :

Tapez votre nom et prénom et WebMii trouve bon nombre de sites, images, vidéos, documents dans lequel vous apparaissez : http://www.webmii.com/

LogoWebMii.PNG

  • PeekYou :

Idem version internationale, avec un « bon » scan des réseaux sociaux (Facebook, MySpace, …) : http://www.peekyou.com/

Peekyou.gif

  • La CNIL :

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) est « une institution indépendante chargée de veiller au respect de l’identité humaine, de la vie privée et des libertés dans un monde numérique. »

Son site propose plusieurs outils pour évaluer les informations que l’on laisse transparaitres et les traces que l’on laisse involontairement sur internet, à tester :

http://www.cnil.fr/vos-libertes/vos-traces/

CNILtraces.png

Comment ça marche ? Ce sont des sites web consultables de n’importe quel ordinateur connecté

A quoi ça sert ? à prendre conscience des informations stockées, collectées sur Internet sur notre vie privée et publique


Atelier : recherches croisées d’informations sur les traces que l'on laisse et a laissé sur le web, commentaires en groupe à propos des informations trouvées, recoupements, préconisations

Les actualités en ligne avec le projet artistique Newsmap

Qu’est-ce que c’est ? Newsmap est une application web qui reflète visuellement le paysage changeant des actualités agrégées par Google News. Ce site / oeuvre est né de l’imagination de Marcos Weskamp.

Capture-newsmap.png

Un algorithme de visualisation sous forme de blocs aide à afficher l’énorme quantité d’informations collectée par l’agrégateur. Google News groupe les actualités ayant un contenu similaire et les présente sous forme de groupements (ou « clusters ») en se basant sur une logique algorithmique. Dans le projet Newsmap, la taille de chaque cellule est déterminée par le nombre d’articles dans chaque groupement. De cette façon, il est possible d’identifier d’un seul coup d’oeil quelles nouvelles ont été le plus couvertes par les medias, en regardant cette carte par pays, par sujet ou par période.

http://newsmap.jp/

Comment ça marche ?
Cliquez sur le lien : http://newsmap.jp/

  • vous pouvez sélectionner le ou les pays « scrutés » par la newsmap en cochant les onglets en haut de l’écran
  • vous pouvez sélectionner le ou les thèmes « scrutés » par la newsmap en cochant les onglets en bas de l’écran
  • en cliquant sur l’un des blocs, on va au premier article lié au sujet en question

Voir Google News : http://news.google.fr/ A quoi ça sert ?

Cette carte apporte un éclairage particulier sur le traitement de l’information dans les medias en général, mais aussi sur l’impact des moteurs de recherche et aggrégateurs de nouvelles dans la façon par laquelle ces actualités nous sont restituées sur Internet.

D’où ça vient ? concept, design & frontend coding, Marcos Weskamp



Atelier : Travail autour de l’actualités, des medias en ligne, des aggrégateurs de nouvelles à partir d'un thème de l'actualité en cours, essaye de réaliser un paysage des articles traitant du sujet en confrontant les sources et les points de vu, en établissant un catégorisation de ceux-ci.


Références

Le Web 3.0

Pour certains, la prochaine révolution sur Internet s'appelle "web sémantique". C'est le web d'aujourd'hui auquel on aurait ajouté une bonne pincée d'intelligence : qui n'a jamais rêvé de voir le moteur de recherche google trouver LE site que l'on cherchait sans même avoir tapé des mots clefs ? Bon, pour la télépathie avec les ordinateurs, il faudra peut être attendre le web "5.0", mais en attendant, de plus en plus de systèmes technologiques permettent de rendre les serveurs qui répondent à nos requêtes plus humains. Le "web sémantique", c'est par exemple poser une question en langage naturel à un moteur de recherche et recueillir un nombre limité de réponses très pertinentes, par exemple en demandant de "trouver une maison en location pour les vacances près de nice". Le système doit alors être capable de savoir ce que représente le mot "vacances" en terme d'habitudes comportementales, que Nice est une ville au sud de la France et que "près" peut vouloir dire dans un contexte de vacances entre 1 et 10km.

Linking Open Data cloud diagram, par Richard Cyganiak et Anja Jentzsch. http://lod-cloud.net/

Le web sémantique, c'est donc des algorithmes informatiques qui réussissent à donner du sens à des mots, des phrases. Pour cela, il y a plusieurs approches convergentes : qualifier de mieux en mieux les contenus mis en ligne sur le web (en indiquant s'il s'agit d'un lieu, d'un media, d'un texte scientifique, ...) et développer des outils capables d'extraire du sens à des portions de texte (en sachant repérer le nom de villes dans un journal par exemple). Pour illustrer l'une et l'autre des approches, voir le format RDF sur wikipedia, ou encore Imaginary Landscape, projet réalisé par une artiste française, Sylvie Ungauer, sur la géolocalisation des actualités qui se passent en dehors de la France avec comme source les plus grands medias nationaux.

Atelier

Effectuer par exemple 2 recherches sur les 3 moteurs proposés :

  • chercher le mot "intelligent"
  • chercher la phrase "qui était le président de la France en 1974 ?" ou encore "who was the president of france in 1974?"

avec

Commenter en groupe les résultats, les similitudes, les différences, la précision des réponses, ...

Références

  • http://pipes.yahoo.com/pipes/ : service web de yahoo permettant, à l'aide de tubes et de fonctions que l'on relie les uns aux autres, de réaliser des extractions, des tris, des géolocalisation de contenus issus d'un flux RSS, d'une page web, ...
  • http://linkeddata.org/ : ou comment créer son propre système d'indexation
  • http://dbpedia.org/About : dbpedia est un projet collectif pour créer, à partir de wikipedia, un référentiel de vocabulaire structuré sur lequel puisse s'appuyer les développeurs web
  • http://www.opencalais.com/ : outil pour extraire des données de pages web en les parcourant avec des robots lecteurs
  • http://developer.yahoo.com/yql/ : un meta langage développé par yahoo pour faire des requêtes pleines de bon sens sur des bases de données, des sites web
  • http://www.google.com/squared : un moteur de recherche de google qui construit des listes thématiques de résultats enrichies en informations complémentaires

Le Web 4.0

Le web 4.0 laisse la place à l'imagination, mais il est aussi susceptible de surgir, avant même l'avènement de son grand frère 3.0, par un entrée jusqu'alors insoupçonnée, une innovation qui bouleverserait notre quotidien. Dans un futur plus ou moins proches, on peut en effet imaginer le développement :

  • du "web temps réel", à l'image de Twitter aujourd'hui qui permet de recevoir sur son téléphone mobile des informations de toute la planète quasi instantanément
  • de l'Internet des objets qui donnera à chaque produit une petite bribe d'intelligence et de communication pour ne plus jamais perdre ses clefs
  • des réseaux pervasifs et de l'informatique ambiante, de l'"ubimedia" où chaque endroit "civilisé" sera équipé de capteurs et de réseaux numériques destinés à nous faciliter la vie tout en s'intégrant, en disparaissant dans le mobilier urbain ou dans nos habitats
  • d'un cerveau clone du sien en permanence connecté au réseau, c'est en tout cas le souhait de singularistes ou extropiens qui pensent que l'avenir de l'homme est dans le cyborg augmenté d'appareils et connectés à des réseaux, dans "l'upload de cerveau" sur un support informatique.
caméra portative permettant l'enregistrement d'images en continu

Atelier

Construire une carte heuristique, une "mind map" sur l'avenir d'internet en distinguant les différentes directions évoquées précédemment, en complétant et en croisant éventuellement les branches qui convergent à un moment de l'évolution envisagée

Pour se faire, s'inspirer de différents modes de représentation proposés par le site visualcomplexity : http://www.visualcomplexity.com/ ou http://www.informationisbeautiful.net/

Logiciels de carte heuristique :

Outils de recherche :

Enjeux et perspectives

Pour Joel de Rosnay, célèbre futurologue français, le web sera dans le futur utilisable en permanence. Autrement dit pour lui le Web 3.0 et 4.0 sera le web symbiotique, en lien avec l'intelligence ambiante (dit aussi informatique ubiquitaire).

En perspective, il faut aussi considérer bien sur ce qu'impliquent ces évolutions technologiques sur notre liberté individuelle, et le risque de rentrer dans un logique de "sous veillance"

  • singularité technologique

Exemples d'innovation

  • RFID
  • objets intelligents
  • intelligence artificielle
  • robotique, cybernétique
  • environnements "intelligents", réseaux pervasifs

Evaluation

Evaluation

  • Quizz

Le Web 4.0